Photos liées au tag 'Mark Wahlberg'

Voir toutes les photos
29 décembre 2013

NO PAIN NO GAIN : Leur Rêve Américain est bien plus grand que le vôtre !!!

No Pain No Gain

Jaquette No Pain No Gain ( 2013 )

Genre : Action, Drame, Comédie

Réalisateur : Michael Bay

Acteurs principaux : 

Mark Wahlberg dans le rôle de : Daniel Lugo

Dwayne Johnson dans le rôle de : Paul Doyle

Anthony Mackie dans le rôle de : Adrian Doorbal

Tony Shalhoub dans le rôle de : Victor Kershaw

Ed Harris dans le rôle de : Ed du Bois

Bar Paly dans le rôle de : Sorina Luminita

Rob Corddry dans le rôle de : John Mese

Ken Jeong dans le rôle de : Johnny Wu

Synopsis : 

À Miami, Daniel Lugo, coach sportif, ferait n’importe quoi pour vivre le « rêve américain » et profiter, comme sa clientèle fortunée, de ce que la vie offre de meilleur : maisons de luxe, voitures de course et filles de rêve… Pour se donner toutes les chances d’y arriver, il dresse un plan simple et (presque) parfait : enlever un de ses plus riches clients et… lui voler sa vie. Il embarque avec lui deux complices, Paul Doyle et Adrian Doorbal, aussi influençables qu’ambitieux.

No Pain No Gain s’inspire de l’histoire incroyable mais vraie de ces trois kidnappeurs amateurs qui, à la recherche d’une vie meilleure, se retrouvent embarqués dans une série d’actes criminels qui dégénèrent rapidement… Rien ne se déroule jamais comme prévu.

Affiche Pain & Gain

Anecdotes : 

Tiré d'une histoire vraie :

Le film s'inspire d'articles écrits par un journaliste du Miami New Times, Pete Collins, sur l'histoire vraie de bodybuilders devenus criminels, et d'un ouvrage qu'il a écrit à propos de leur bande. Deux membres du gang des "Sun Gym", Daniel Lugo (interprété par ark Wahlberg) et Adrian Doorbal (joué par Anthony Mackie), sont toujours dans le couloir de la mort en Floride. Parmi les acteurs, seul Dwayne Johnson, qui vit à Miami et y habitait à l'époque, avait entendu parler du fait divers. La plupart des comédiens n'a d'ailleurs pas voulu croire, dans un premier temps, qu'il s'agissait d'une histoire vraie !

no-pain-no-gain-michael-bay-mark-wahlberg

Un film à part pour un amoureux d'action :

Entre deux nouveaux épisodes de Transformers, Michael Bay a réalisé, avec No Pain No Gain, un film très différent de ceux auxquels il a habitué le public ces dernières années. Il a laissé de côté la science fiction et les budgets faramineux pour se concentrer sur un projet plus personnel. Il faut dire que l'attrait du cinéaste pour la mise en scène de l'action est là depuis son enfance. Un jour, le petit Michael s'était en effet enquis de filmer, avec la caméra 8 mm de sa maman, le déraillement de son petit train électrique, provoqué par un pétard qu'il avait au préalable attaché au jouet. L'explosion, pas si anodine, mit tout de même le feu à la pièce !

No-Pain-No-Gain-la-critique_article_landscape_pm_v8

Un cinéaste influent :

Michael Bay, qui vit à Miami une partie de l'année, a, comme le précise Mark Wahlberg, "beaucoup d’influence dans cette ville", ce qui lui a permis d'obtenir des autorisations pour le tournage plus aisément. "Il a réussi à faire bloquer la circulation sur sept ou huit kilomètres, dont une portion complète d’autoroute où j’ai pu conduire une Lamborghini aussi vite que je le voulais. Je crois qu’à un moment j’ai approché les 250 km/h, mais je me sentais en sécurité. La voiture était en parfaite condition et il n’y avait aucun autre véhicule, juste une route ouverte à perte de vue", raconte le comédien.

Mark Wahlberg dans la Lamborghini violette

Un milieu familier pour The Rock :

C'est d'abord en tant que champion de catch que Dwayne Johnson, sous le nom de "The Rock", s'est fait connaître du public. Il a grandi dans l'univers du catch et du body building, un milieu qui ne lui était donc pas étranger lorsqu'il est arrivé sur le plateau de No Pain No Gain. "C’est vraiment un monde à part et un monde fascinant", remarque l'ancien catcheur, qui poursuit : "Ce qui est le plus intéressant avec cette culture (...), c’est qu’il s’agit d’un mélange étrange de gens extrêmement disciplinés, concentrés et motivés par une vision bien précise qu’ils ont de ce à quoi leur corps doit ressembler. (...) C’est pourquoi un certain nombre de mécaniques se mettent en branle dans la tête des culturistes. Combinez tout ceci avec le fait que certains ont vraiment l’esprit tordu et que leur vie entière ne devient plus qu’une obsession, avec par-dessus tout ça l’usage de diverses drogues ou stéroïdes, et vous obtenez un cocktail des plus explosifs."

The Rock !!!

Budget réduit :

Michael Bay a réalisé ce film avec le budget le plus bas de toute sa carrière (depuis Bad Boys en 1995) - à peine plus de 20 millions de dollars ! Une "petite" somme qui était nécessaire au film, et a mené Mark Wahlberg et Dwayne Johnson, ainsi que le réalisateur lui-même, à accepter de ne recevoir aucun salaire. En conséquence, ils toucheront un certain pourcentage sur les recettes du film en salles.

Bar Paly et Mark Wahlberg

Un rôle inconfortable :

Tony Shalhoub, l'acteur culte de la série Monk, a été malmené physiquement pendant le tournage. En effet, il est ligoté à une chaise et a les yeux bandés dans la plupart des séquences où il apparait : "Quand vous avez les yeux bandés aussi longtemps, cela a un effet incroyable sur vous. J’ai d’ailleurs choisi de garder mon bandeau, entre les prises, pas tout le temps mais souvent, pour vraiment ressentir l’isolation et la désorientation auxquelles Kershaw a dû faire face pendant sa longue détention", relate le comédien.

Tony Shalhoub dans le rôle de Victor Kershaw

Tony Shalhoub dans le rôle de Victor Kershaw

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Ma Critique : 

Excellent film avec de supers acteurs ! Mark Wahlberg est à la limite du méconnaissable et Dwayne Johnson est quand à lui, complètement dans son monde à lui : celui du body building. Le casting est génial, l'ambiance est grandiose et assez déroutante , la bande originale est parfaite, la mise en scène est incroyable, les décors de Miami sont magnifiques et bien sûr l'histoire est elle aussi hallucinante qu'invraisemblable mais surtout Vrai ! Ce qui pimente encore plus ce film !

Michael Bay a réussi là un vrai bon film, il ne ressemble en rien a ce qu'il fait d'habitude, mais il reste encore et toujours à la pointe du cinéma. 

Un film vraiment à voir, même pour ceux qui ne sont pas fans du genre, il va forcément vous plaire !

Ma Note : ,5/5

NO PAIN NO GAIN - bande-annonce VF

A vos Coms ! J'attends votre avis !!!


19 décembre 2013

La Saga de La Planète des Singes : De 2001 à "l'Affrontement" de nos jours !

La Planète des Singes

Jaquette La Planète des Singes (2001)

Réalisateur : Tim Burton

Acteurs principaux : 

Mark Wahlberg dans le rôle de : Leo Davidson

Estella Warren dans le rôle de : Daena

Tim Roth dans le rôle de :  Le général Thade

Helena Bonham Carter dans le rôle de : Ari

Michael Clarke Duncan dans le rôle de : Attar

Kris Kristofferson dans le rôle de : Karubi

Paul Giamatti dans le rôle de : Limbo

David Warner dans le rôle de : Sandar

Synopsis : 

En 2029, un groupe d'astronautes entraîne sur la station orbitale Oberon des singes pour remplacer l'homme dans des explorations spatiales à haut risque.
Suite à la réception d'étranges signaux, les astronautes envoient le chimpanzé Pericles afin d'en connaître l'origine. Toutes les communications entre le primate et la station sont subitement interrompues et le vaisseau disparaît des radars. Désobéissant à ses supérieurs, Leo Davidson embarque dans un des vaisseaux expérimentaux pour aller porter secours à Pericles.
Tout comme lui, il perd le contrôle des commandes et s'écrase dans les marais d'une forêt tropicale. L'intrépide pilote voit alors un groupe d'humains affolés foncer droit sur lui, et se fait capturer par des chimpanzés parlants. Qu'est-il arrivé sur cette planète pour que des singes en viennent à dominer la race humaine ?

Mark Wahlberg et Estella Warren

Anecdotes : 

Une collaboration durable :

Les décors exotiques de La Planète des Singes sont dus au chef décorateur Rick Heinrichs. Celui-ci est un collaborateur fidèle du réalisateur Tim Burton : il a travaillé sur absolument tous ses films. Les deux hommes sont en fait amis depuis leurs études universitaires.

Helena Bonham Carter dans le rôle de Ari

"Le Secret de la Planète des Singes" ne verra jamais le jour !

Héros majeur et inoubliable de la saga La Planète des singes, Charles Hestonaurait dû faire une très courte apparition dans le second volet : "Le Secret de la Planète des Singes" Fermement opposé à une suite, il accepta pourtant de revenir par fidélité envers le producteur Richard D. Zanuck, qui avait pris le risque de faire le premier film. Refusant toutefois de toucher un cachet pour ce petit rôle, il voulait reverser l'argent à l'école de son fils. Pour "boucler la boucle", le comédien a fait une autre apparition clin d'oeil, mais cette fois-ci grimé en singe, dans La Planète des Singes de Tim Burton, où il incarne le père mourant de Tim Roth.

Estella Warren dans La Planète des Singes

Ma Critique : 

Ce film est une réinterpretation de "La Planète des Singes" l'original de 1968. Ce n'est clairement pas le meilleur long métrage de Tim Burton mais certains éléments scénaristiques sont intéressants, tout comme les maquillages de Rick Baker. Les acteurs sont très bons , Mark Wahlberg dans son rôle d'homme de l'espace, Estella Warren toujours aussi belle, Helena Bonham Carter et le talentueux et défunt Michael Clarke Duncan interprètent ici deux excellents rôles de "singes".

Bon film de science-fiction, mais reste un mystère à résoudre c'est le mystère de la statue de Thade à la place de Lincoln à la fin, et le fait que les humains soient remplacés par les singes quand Léo reviens...

Ma Note : /5

Michael Clarke Duncan dans le rôle de Attar

La Planète des Singes - Bande Annonce

La Planète des Singes : les Origines

Jaquette La Planète des Singes : les Origines (2011)

Réalisateur : Rupert Wyatt

Acteurs principaux : 

James Franco dans le rôle de : Will Rodman

Freida Pinto dans le rôle de : Caroline

John Lithgow dans le rôle de : Charles Rodman

Brian Cox dans le rôle de :  John Landon

Tom Felton dans le rôle de : Dodge

Andy Serkis dans le rôle de : César

David Hewlett dans le rôle de : Hunsiker

Tyler Labine dans le rôle de : Franklin

Chelah Horsdal dans le rôle de : Irena

Synopsis : 

Dans un laboratoire, des scientifiques expérimentent un traitement sur des singes pour vaincre la maladie d’Alzheimer. Mais leurs essais ont des effets secondaires inattendus : ils découvrent que la substance utilisée permet d’augmenter radicalement l’activité cérébrale de leurs sujets. César, est alors le premier jeune chimpanzé faisant preuve d’une intelligence remarquable. Mais trahi par les humains qui l’entourent et en qui il avait confiance, il va mener le soulèvement de toute son espèce contre l’Homme dans un combat spectaculaire.

César

Anecdotes : 

Changement et innovation du personnage principal :

Contrairement aux autres films de la saga, les singes sont les personnages principaux. L'histoire en est donc transfigurée, comme nous l'explique le producteur Peter Chernin : "Le fait que César soit le personnage central et que l’histoire est racontée de son point de vue marque un changement radical par rapport aux autres films de la série. On s’attache beaucoup plus à lui."

Performance capture :

Pour la première fois, les singes ont été créés numériquement grâce à la performance capture. C'est la compagnie Weta Digital ( Avatar, Le Seigneur des Anneaux : la communauté de l'anneau ) qui s'est occupée de leur création. Joe Letteri, le superviseur des effets spéciaux, revient sur le processus de création : "Nous avons utilisé des combinaisons de performance capture et des casques pour filmer les expressions faciales des acteurs et enregistrer la totalité de leur jeu d’acteur physique. Mais pour la première fois, les acteurs de performance capture ont été filmés dans de vrais décors en même temps que les autres acteurs comme James Franco et Freida Pinto, ce qui a fait disparaître la barrière entre les effets visuels et les prises de vues réelles. Le tournage ressemblait donc à celui d’un film traditionnel. Les acteurs jouaient vraiment les uns avec les autres, et nous nous sommes occupés des effets visuels plus tard."

Andy Serkis dans le rôle de César

Une scène compliquée : 

La principale difficulté pour Weta Digital a été le tournage du climat du film qui se déroule sur le Golden Gate Bridge de San Francisco. Le décor gigantesque a été construit près de Vancouver. Durant cette séquence se déroule une bataille épique entre les hommes et les singes – avec des cascades compliquées, des incendies, des explosions, des hélicoptères, des centaines de voitures et de figurants, et le brouillard de San Francisco qui est aussi le point culminant de l’intensité narrative et émotionnelle et du parcours des personnages.

Sur le Golden Gate Bridge de San Francisco

Mort de Will (James Franco) annulée :

Début octobre 2011, le président de la post-production de la Twentieth Century Fox Film Corporation a déclaré que la fin du film, à laquelle les spectateurs ont assisté, n'était pas celle qui avait été imaginée lors de l'écriture du scénario original. En effet, cette première version devait s'achever sur la mort du personnage de Will (James Franco). Ce changement de dernière minute (juste un mois avant la sortie internationale du film) s'explique notamment par la crainte de la Fox de perdre son acteur principal en cas de suite (très probable) à ce Blockbuster. Rappelons à ce sujet que l'exploitation en salle de La Planète des singes : les origines a rapporté plus de 400 millions de dollars de recettes à travers le monde.

James Franco et Freida Pinto

Ma Critique : 

En voilà un film qui était redouté plus qu’attendu. D’abord car il porte la signature d’une saga parmi les plus mythiques du cinéma de science-fiction lancée par un chef d’oeuvre en 1968 et suivi par une série TV et 4 films de qualité variable. Ensuite car le dernier contact entre le spectateur et l’univers de La Planète des singes date d’il y a 10 ans et qu’il s’agissait alors du non génialissime remake signé Tim Burton. Mais surprise ce film a vraiment été une réussite sur tous les plans.

La Planète des singes: Les Origines développe une réflexion fascinante avec d’un côté l’émancipation des primates, leur prise de conscience et de pouvoir, et de l’autre l’aboutissement du penchant humain pour l’auto-destruction. Et cette démonstration, quelque part tout à fait plausible sans tomber dans des idéologies écologistes de bas étage, est un contrepoint flamboyant au coeur de blockbuster matriciel du film. C’est ça un film intelligent, qui ne prend pas les spectateurs pour des imbéciles, et qui en plus leur en donne pour leur argent question spectacle.

Ce film ne perd jamais de son intensité. Y compris dans sa seconde partie, où le spectaculaire prend le pas sur la réflexion. Il bluffe autant grâce au réalisme saisissant des effets numériques (on dirait de vrais singes !) que grâce à un scénario fort malin : ce ne sont pas les chimpanzés qui anéantiront l'espèce humaine, ce sont les hommes eux-mêmes, dans leur soif mégalomaniaque de contrôle, qui s'autodétruiront. Un blockbuster captivant et tout sauf bête. 

On ne pouvait pas rêver plus belle renaissance de cette univers, si intelligente et respectueuse, avec une véritable émotion passant aussi bien par le récit que par l’image. Reboot tout simplement magnifique,puissant et audacieux !!!

Ma Note : /5

La Planète des Singes : Les origines - Bande-annonce

 

La Planète des Singes : l'Affrontement

Affiche préventive du film (2014)

Réalisateur : Matt Reeves

Acteurs principaux : 

Andy Serkis dans le rôle de : Caesar

Jason Clarke dabs le rôle de : Malcolm

Gary Oldman dans le rôle de : Dreyfus

Toby Kebbell dans le rôle de : Koba

Judy Greer dans le rôle de : Cornelia

Kodi Smit-McPhee

Keri Russell

Enrique Murciano

Synopsis : 

La suite de La Planète des Singes : les origines. L'histoire se déroule 8 ans après la fin du dernier film, alors qu'un virus a décimé une grande partie de l'humanité et que primates et humains se livrent une guerre terrible et que chaque communauté tente de survivre.

Dawn-of-the-Planet-of-the-Apes-Character-Posters

La Twentieth Century Fox vient de dévoiler une première affiche du très attendu nouveau film "La Planète des singes : l'Affrontement".

Caesar n'est pas content et va le faire savoir dans le film La Planète des singes : l'affrontement qui sera sans nul doute l'un des points d'orgue de l'été 2014 dans les salles de cinéma. Comme on peut s'en rendre compte sur la toute première affiche du film, le grand singe à l'origine de la révolte de ses congénères a bien l'intention, en devenant chef de guerre, de prendre sa revanche et ne pas faire de quartiers avec les humains.

L'histoire de La Planète des singes : l'affrontement se déroule huit ans après la fin du film La Planète des singes : les origines, alors qu'un virus a décimé une grande partie de l'humanité et que primates et humains se livrent une guerre terrible et que chaque communauté tente de survivre.

Le dévoilement de cette affiche préventive, inspiré de la première photo du film déjà disponible, annonce la publication la semaine prochaine d'une bande-annonce. Réalisé par Matt Reeves (Cloverfield), on retrouve derrière les mouvements de Caesar, l'acteur Andy Serkis, connu pour avoir "animé" Gollum dans Le Seigneur des anneaux ou le premier volet du Hobbit. La sortie de La Planète des singes : l'affrontement est attendue le 6 août en France.

Rise-Poster-Bandeau

La Planète des Singes : L'Affrontement - Bande annonce (VF)