BLACK MIRROR

Black_Mirror

Réalisateur :  Charlie Brooker

Acteurs principaux :

Oona Chaplin dans le rôle de : Greta

Natalia Tena dans le rôle de : Jennifer

Jon Hamm dans le rôle de : Matt

Sophie Kennedy Clark dans le rôle de : Lauren

Toby Kebbell dans le rôle de : Liam

Daniel Kaluuya dans le rôle de : Bing

 Jessica Brown Findlay dans le rôle de : Abi

Jodie Whittaker dans le rôle de : Ffion

Amy Beth Hayes dans le rôle de : Lucy

Lydia Wilson dans le rôle de : Susannah

Hannah John-Kamen dans le rôle de : Selma Telse

Mona Goodwin dans le rôle de : Gina

Hayley Atwell dans le rôle de : Martha

Chloé Pirrie dans le rôle de : Gwendolyn Harris

Domhnall Gleeson dans le rôle de : Ash

Tuppence Middleton dans le rôle de : Jem

Christina Chong dans le rôle de : Tamsin

Amber Anderson dans le rôle de : Sara

Synopsis :

Chaque épisode de cette anthologie montre la dépendance des hommes vis-à-vis de tout ce qui a un écran...

D'après Charlie Brooker, chaque épisode a un casting différent, un décor différent et une réalité différente, mais ils traitent tous de la façon dont nous vivons maintenant et de la façon dont nous pourrions vivre dans 10 minutes si nous sommes maladroits.

black-mirror2

Episodes :

Première saison (2011) :

  1. L'Hymne national (The National Anthem)
  2. 15 millions de mérites (15 Million Merits)
  3. Retour sur image (The Entire History of You)

Deuxième saison (2013) :

  1. Bientôt de retour (Be Right Back)
  2. La Chasse (White Bear)
  3. Le Show de Waldo (The Waldo Moment)

Christmas Special (2014) :

  1. Blanc comme neige (White Christmas)

Troisième saison (2016) :

En septembre 2015, Netflix a annoncé reprendre la production de la série pour une troisième saison de douze épisodes

black_mirror (1)

Anecdotes :

La question du fil conducteur :

Le créateur explique que le titre de la série fait référence à la technologie que nous considérons comme une drogue : « Si c'est une drogue, alors quels en sont les effets secondaires ? C'est dans cette zone entre joie et embarras que Black Mirror se situe. Le « Black Mirror » du titre est celui que vous voyez sur chaque mur, sur chaque bureau et dans chaque main, un écran froid et brillant d'une télévision ou d'un smartphone. »

Pendant le développement de Black Mirror, Charlie Brooker et les producteurs se sont posés la question de savoir s'il fallait introduire un personnage ou un élément que l'on retrouverait dans tous les épisodes de la série. "Nous avons eu des discussions à ce sujet", confirme le scénariste-créateur de la série, dans un entretien accordé au magazine SFX"Les histoires devraient-elles se dérouler toutes dans une seule et même rue ? Devrions-nous avoir un groupe de personnages qui apparaîtrait dans chaque épisode, comme dans la trilogie (cinématographique, NDLR) Bleu, Blanc, Rouge ? Nous avons également pensé introduire un personnage qui jouerait les présentateurs, comme dans de nombreuses anthologies… mais plus on y pensait, plus on se disait que ce serait un peu bizarre." 

Daniel Kaluuya dans le rôle de : Bing

La genèse de "Be Right Back" :

L'idée du premier épisode de la saison 2, qui traite de la perte d'un être cher et de l'usage des réseaux sociaux, est venue à Charlie Brooker (qui a écrit l'épisode) alors qu'il venait d'avoir un bébé avec sa femme. A l'époque, il ne sortait pas beaucoup, et l'essentiel de ses contacts avec ses amis se faisait par les réseaux sociaux. Là, j'ai été frappé par une pensée, raconte l'intéressé au site britannique Wired"Qu'est-ce qui se passerait si en fait, tous ces gens étaient morts (…) remplacés par un logiciel pourvu d'une intelligence artificielle qui a lu tous leurs messages précédents et les imitaient ?" Il avoue également y avoir pensé après avoir constaté, en changeant de téléphone, qu'il a conservé dans son répertoire numérique le numéro d'une personne qui était décédée.

362745ced9c05c2cb5757962bb20d25a

black-mirror-be-right-back

"White Bear", Kadhafi et le voyeurisme :

Charlie Brooker a écrit le deuxième épisode de la saison 2, "White Bear", après plusieurs reportages réalisés en Libye pendant la chute de Muhammar Kadhafi. "C'est la première fois que je voyais des touristes dans une zone de guerre. A côté des réservoirs en feu, on pouvait voir des gens en train de filmer la scène avec leur smartphone. Et puis il y a eu le moment où le corps de Kadhafi a été présenté au peuple. Il y a eu ce plan particulièrement horrible où le caméraman filmait la scène en contre-plongée, et où on pouvait voir les gens se pencher sur le corps, le téléphone à la main, pour prendre une photo souvenir. On se serait cru dans L'armée des morts. Sauf que là, les gens ne venaient pas se partager de la chair mais les images d'un corps."

black-mirror-2-white-bear-1

wQ5awkN

La petite histoire derrière "The Waldo Moment" :

En développant l'intrigue du troisième épisode de la saison 2, Charlie Brooker a en fait exploité une idée qu'il avait eu plusieurs années plus tôt, alors qu'ils écrivaient ensemble la série Nathan Barley, une sitcom qui s'intéresse avec acidité à la montée en puissance d'internet et du numérique au milieu des années 2000. C'est en tout cas ce qu'il a expliqué à Wired"Nous nous sommes dit 'qu'est-ce qui se passerait si quelqu'un inscrivait une sorte de mascotte animée', comme celle que l'on voit dans les clips du groupe musical Gorillaz, à une élection ? (…) tout à coup, vous vous rendez compte qu'elle a toutes sortes d'avantages sur une personne réelle, parce que c'est comme une sorte de robot. Elle ne peut jamais avoir tort." Dans Black Mirror, le concept a sensiblement dérivé… mais l'idée centrale, elle, est bien là. 

THE BLACK MIRROR HAL SHINNIE

Un goût prononcé pour l'anthologie :

Si Charlie Brooker a voulu faire de Black Mirror une anthologie, c'est avant tout parce qu'il est un très grand fan du genre. "J'ai grandi en regardant les épisodes de Play for Today (une série britannique produite par la BBC entre 1970 et 1984, NDLR), qui possédait un côté expérimental que l'on ne retrouve plus vraiment aujourd'hui à la télévision", raconte le scénariste-créateur à Digital Spy. Dead Set (sa précédente création, une minisérie diffusée en 2008 sur Channel 4… comme Black Mirror) fait partie de ces choses que l'on ne voit pas souvent à la télévision. "J'aime ce type d'anthologies où l'on ne sait pas vraiment ce que l'on va découvrir, mais dont on sait qu'elle va vous divertir et en même temps vous déranger. C'est comme ça que l'idée de la série a vu le jour."

black-mirror3

Ma Critique : 

Black Mirror, une série d’anticipation britannique créée par Charlie Brooker en 2011. Sa particularité première est que chaque épisode constitue une histoire fermée. 

Plusieurs aspects distinguent ainsi Black Mirror des séries des deux dernières décennies. Tout d’abord, chaque épisode a une durée pouvant varier entre 40 minutes et 1 heure. Le nombre d’épisodes est très limité : trois pour la saison 1 (2011), trois pour la saison 2 (2013) et un pour l'épisode spécial Noël (2014). Chaque épisode présentant une morale implicite que le spectateur doit découvrir par lui-même. Les acteurs changent donc à chaque épisode, tout comme les thèmes abordés, ceux-ci étant toujours en lien avec les écrans et autres technologies de pointe (téléphones, téléviseurs, ordinateurs, puces implantées permettant de revivre des souvenirs...).

Les pistes de réflexions proposées par les différents scénaristes sont réellement novatrices, et sont développées avec profondeur et cohérence. L’idée de départ est à chaque fois la même : essayer d’imaginer, dans un futur plus ou moins proche, la façon dont la technologie (et, plus précisément, les technologies de communication) aura asservi – physiquement et mentalement – l’être humain; on demande au spectateur de prendre du recul sur les technologies. Comment la société de demain utilisera ces innovations ? N'est-on pas en train de faire naître de réelles dérives en ce moment même à travers l'usage des réseaux sociaux? Le voyeurisme et les addictions liés aux écrans ne peuvent-ils pas remettre en cause notre humanité ? Voici autant de questions que posent cette série ! 

Dans la saison 1, The National Anthem raconte comment un terroriste, après avoir kidnappé la princesse d’Angleterre, parvient à faire faire ce qu’il veut au premier ministre en direct à la télévision. 15 Millions Merits décrit un monde où les gens doivent passer leur journée à travailler pour fournir de l’énergie à la communauté, la seule issue offerte étant d’être sélectionné par le public lors d’un jeu directement inspiré de notre « The Voice » français et de ses multiples équivalents internationaux. The Entire History of You montre en quoi le fait de filmer et de stocker tous les évènements de notre quotidien peut faire voler en éclat un couple.

Dans la saison 2, Be Right Back raconte comment une veuve parvient à recréer un double artificiel de son défunt mari grâce aux informations qu’il avait accumulées sur les réseaux sociaux tout au long de sa vie. White Bear montre une femme devenue l’objet d’une terrifiante émission de télé-réalité, où la cruauté et le voyeurisme semblent n’avoir plus de limites. Enfin, The Waldo Moment décrit la manière dont la création d’une mascotte virtuelle va bousculer une élection politique locale.

Dans l'épisode "spécial Noël", est raconté l'histoire de deux hommes qui cohabitent et qui apprennent chacun les sombres secrets de l'autre : l'un a commis un meurtre, l'autre use des technologies, d'abord pour son compte pour aider des hommes ayant des difficultés pour séduire en le conseillant à travers une oreillette en le suivant grâce à une caméra implantée dans son oeil, puis pour le compte d'une instance plus haute...

Ce qui m'a marqué c'est la  réalisation de qualité , l'interprétation très maitrisées des acteurs et l'écriture cohérente de ces histoires d'anticipation. Le réalisme de certaines histoires peut engendrer de véritables questionnements chez les spectateurs. J'y vois une série novatrice et en même temps très prenante (le suspense est à son comble à chaque épisode, on "accroche" dès les premières minutes). 

Le seul bémol de la série est son aspect parfois prévisible.

Mais à part cela, Black Mirror est sans doute l’une des séries les plus créatives que j'ai pu découvrir cette année : un bijou d'écriture. Espérons qu’elle gagnera en notoriété en France autant qu'à l'étranger !

Ma Note : /5

Black Mirror - Trailer

 A Voir Absolument !!!